Contrat d’apprentissage ou contrat de professionnalisation

Les étudiants ont la chance de pouvoir profiter en France d’un système de formation qui a pour but de faciliter l’insertion des jeunes diplômés dans le monde professionnel. Ce système est basé sur l’alternance des cours théoriques dispensés dans un centre d’enseignement avec un stage pratique en entreprise. Cela permet à l’étudiant de suivre un cursus de qualité, car non seulement, il pourra obtenir des connaissances académiques, mais il aura aussi l’occasion de découvrir le futur emploi qu’il souhaite réaliser.

Cette possibilité représente un avantage sérieux pour l’étudiant, car il permet de percevoir un salaire et peut-être même d’avoir une vue probable sur un CDI dans l’entreprise au sein de laquelle la pratique s’effectue. De plus, les frais de scolarité sont pris en charge conjointement par les organismes paritaires collecteurs agréés (OPCA), l’État et l’entreprise d’accueil (lisez pourquoi choisir l’alternance).

Pour les étudiants souhaitant profiter de ce dispositif il faudra choisir entre le contrat d’apprentissage et le contrat de professionnalisation. La question est : comment choisir le bon contrat pour un BTS MUC en alternance ?

Choisir entre le contrat d'apprentissage et le contrat de professionnalisation

Le contrat de professionnalisation

Ce type de contrat est passé entre un étudiant, de 16 à 25 ans ou un demandeur d’emploi de plus de 25 ans et une entreprise. Ce dispositif a pour objectif de former l’alternant afin qu’il obtienne le savoir-faire et les qualifications nécessaires pour occuper un poste bien déterminé dans une entreprise. Cela facilite donc son insertion dans le monde professionnel. Ce contrat est un CDD, il est donc soumis aux conventions propres à ce type de contrat.

Le contrat de professionnalisation dure généralement 12 mois, mais il peut être prolongé à 24 mois si les deux parties sont d’accord (école et entreprise). Dans les tous les cas, l’étudiant ou le demandeur d’emploi devra effectuer de 150 heures à 250 heures de formation. Il y a un problème vous pensez? Oui car le BTS MUC nécessite 1100 heures (d’après le référentiel du BTS fixé par l’État), dans ce cas il faudra donc obtenir une dérogation signée pour réaliser votre cursus en contrat de professionnalisation.  À la fin du contrat, l’alternant se voit remettre un certificat d’aptitude. Puis, soit il est engagé par l’entreprise, soit il est remercié et se lance dans une recherche active.

En principe, l’avantage de ce type de contrat réside dans la spécialisation. En effet, l’alternant est formé pour occuper un poste bien précis. Dans le cas du demandeur d’emploi, il n’a donc pas besoin de suivre un long cursus où il sera d’abord obligé de découvrir les généralités du secteur. Dans le cas de l’étudiant, ce sera la même chose que pour le contrat d’apprentissage puisqu’il devra suivre le même nombre d’heures de cours à l’école.

L’inconvénient du contrat de professionnalisation réside dans le fait que certaines entreprises ne le proposent pas, il faudra parfois s’orienter vers entreprises de plus grandes tailles. De plus, bien souvent l’alternant n’est pas suivi par un tuteur, comme le voudrait la règle pourtant.

Le contrat d’apprentissage

Ce type de contrat est aussi un CDD, mais sa durée varie de une année à trois selon le diplôme que l’alternant souhaite acquérir. Le contrat d’apprentissage est généralement proposé dans le cadre du BTS MUC afin de donner à l’étudiant la chance de suivre d’appliquer ses savoirs théoriques sur le terrain, en milieu professionnel.

Ainsi, la moitié du temps, l’alternant se retrouve en cours comme un étudiant normal et l’autre moitié, il intègre une entreprise où il travaille en tant que salarié, puisque le contrat d’apprentissage est rémunéré. C’est une occasion pour l’alternant de gagner de l’argent pour financer sa vie étudiante ou pour préparer un projet.

Avantages et inconvénients

L’avantage de ce type de contrats est la possibilité de suivre une scolarité normale tout en travaillant (c’est la même chose pour le contrat pro). Cela veut dire que l’alternant peut travailler et obtenir un diplôme en même temps. De plus, c’est l’occasion de bénéficier de l’expérience d’un professionnel, car la formation en entreprise est assurée par un tuteur.

L’inconvénient majeur, si on le considère comme tel, est que l’étudiant en alternance devra faire face à une charge de travail supplémentaire et devra donc s’organiser rigoureusement. De plus, parfois les étudiants peinent à trouver une entreprise mais les écoles peuvent parfois aider dans cette démarche en fournissant aux élèves des listes d’entreprises qui recrutent souvent des alternants.

Les différences entre les deux contrats

Elles résident principalement au niveau de la rémunération et de l’imposition. En effet, le barème de rémunération (visible sur la page dédiée à l’alternance) n’est pas le même et les salaires des apprentis ne sont pas imposables au contraire de ceux des contrats de professionnalisation.

Nous aurions tendance à vous conseiller de choisir le contrat d’apprentissage qui bien souvent, en plus d’ouvrir droit à une exonération d’impôts, permet d’obtenir des aides financières de sa région (ici un exemple avec la Bretagne).

Bonne réussite à tous !

Leave a Comment: